Menu
fermer

Cette catégorie regroupe une série de maladies causées par des champignons qui attaquent les feuilles de la betterave et dont les symptômes s’étalent généralement depuis l’été.

Au début pour la cercosporiose et l’oïdium ; un peu plus tard pour la ramulariose et la rouille, jusqu’à la récolte.

  • cercosporiose
  • oïdium
  • rouille
  • ramulariose

La cercosporiose

La cercosporiose se caractérise par l’apparition sur les feuilles de taches grises, liserées de rouge ou de brun et criblées de petits points noirs. En cas de fortes attaques, ces taches peuvent s’agrandir et provoquer le dessèchement complet des feuilles. La plante réagit alors en émettant un nouveau bouquet foliaire.

Actuellement, en Europe, la cercosporiose est la maladie du feuillage qui cause le plus de dégât. Elle se développe rapidement et demande par conséquent une grande vigilance au niveau des traitements phytosanitaires. Elle est la seule maladie pour laquelle un traitement à moins d’un mois et demi de la récolte peut encore s’avérer utile.

Le champignon aimant les conditions chaudes et humides, les attaques de cercosporiose seront plus fréquentes et plus dommageables pendant les étés chauds et orageux. C'est-à-dire en Europe méridionale, centrale et balkanique. Cependant, au cours des dernières années, elle a gagné en importance dans les autres régions d’Europe. Elle n’est néanmoins pas présente partout en Europe.

La rouille et l'oïdium

La rouille et l’oïdium sont facilement identifiables. La première est caractérisée par des pustules orangées ; la seconde par un duvet blanchâtre sur la face supérieure des feuilles. Ces deux maladies sont très fréquentes. Alors que l’oïdium peut causer d’importantes pertes de rendement en cas de forte pression, la rouille provoque généralement moins de dégâts.

La ramulariose

La ramulariose provoque des symptômes proches de la cercosporiose : des taches blanchâtres bordées de marron (rouge à marron pour la cercosporiose) et criblées de petits points blancs (noirs pour la cercosporiose). Cette maladie provoque surtout des pertes de richesse et est répandue partout en Europe. Aujourd’hui cependant, elle est moins répandue dans nos régions qu’il n'y a quelques années.

Lutte

La protection de la betterave contre les maladies du feuillage s’articule autour de deux axes principaux :

1. Mesures agronomiques

  • éviter une rotation trop courte
  • bonne gestion des résidus de récolte et des silos, qui jouent le rôle de réservoir pour ces champignons
  • choisir éventuellement une variété moins sensible aux maladies foliaires (surtout dans les zones betteravières d’Europe où des dégâts dû à la cercosporiose sont fréquents et importants).

2. Protection phytosanitaire

Dans certaines régions, il existe un réseau d’observation des symptômes des maladies foliaires. Lorsqu’une maladie est signalée dans telle ou telle région, il convient de vérifier dans ses propres parcelles si la maladie y est également observée. Le cas échéant, le planteur réalisera un comptage et s’assurera que le seuil d’intervention est dépassé avant de pulvériser avec un fongicide adéquat. Selon les régions, de 1 à 3 traitements seront nécessaires. Il importe de bien alterner le type de matière active utilisée et de ne pas pulvériser trop tard dans la saison.

Fiche technique

Télécharger