Menu
fermer

La rhizomanie est l’une des maladies les plus importantes de la betterave à sucre. Elle est causée par un virus (Beet Necrotic Yellow Vein Virus) transmis à la betterave par un parasite des radicelles (Polymyxa betae).

Elle provoque notamment une prolifération anarchique du chevelu racinaire au détriment du pivot, pouvant entraîner de lourdes pertes de rendement en sucre.

Déplacement

La maladie est observée pour la première fois dans les années 50 au nord de l’Italie. Rapidement, elle se propage à travers l’Europe et le reste du monde. La gravité des dégâts et l’absence de moyen de lutte font craindre un moment de devoir arrêter de cultiver la betterave dans les régions les plus touchées. Au début des années 80, la 1ère variété résistante à la rhizomanie arrive sur le marché : développée par SES, Rizor sauve la betterave dans les régions touchées.

En 2008, les variétés tolérantes à la rhizomanie ont rattrapé les performances en sucre/ha des variétés non tolérantes, de sorte que, dans de nombreux pays, on ne sème désormais plus que des variétés tolérantes à la rhizomanie. A l’heure actuelle, la rhizomanie est présente dans le monde entier. En Europe, presque toutes les zones betteravières sont touchées par la maladie, y compris la Scandinavie. En Angleterre, la rhizomanie est bel et bien présente mais l’utilisation de variétés tolérantes ne s’est pas encore répandue sur l’ensemble des surfaces.

Symptômes

Les symptômes de la rhizomanie apparaissent souvent en foyers dans les champs :

1. Au niveau du feuillage

• dès juin : flétrissement, particulièrement aux heures chaudes de la journée • vers la fin de l’été : feuillage vert pâle • les limbes des nouvelles feuilles sont étroits ; leurs pétioles allongés et dressés • très rarement : jaunissement et nécroses au niveau des nervures des feuilles

2. Au niveau de la racine (en fin de période de végétation)

• étranglement de la partie inférieure de la racine • développement d’un chevelu racinaire dense et foncé au détriment de la racine pivot • à l’intérieur de la racine, les anneaux vasculaires brunissent et se nécrosent. • parfois développement de racines latérales perpendiculaires

En fonction de la sensibilité de la variété, de la quantité d’inoculum présent dans le sol, du type de virus, des conditions climatiques (la maladie est favorisée par un climat chaud et humide) et de la période de l’infection, l’attaque peut causer des dégâts extrêmement importants : diminution de la richesse, perte de rendement, augmentation de la tare terre et extractabilité réduite.

Lutte

A ce jour, il n’existe aucun traitement chimique contre la rhizomanie. Le seul moyen de lutte efficace est le semis d’une variété résistante à la maladie. En complément, on conseille d’appliquer aussi quelques mesures agronomiques : drainage suffisant, maintien de la structure du sol, irrigation raisonnée, éviter au maximum le déplacement de sol, etc.

Fiche technique

Télécharger